Toutes les infos sur le financement participatif

Constituer son apport grâce au crowdfunding immobilier

Constituer son apport grâce au crowdfunding immobilier

Chaque année, des centaines de millions d’euros sont levés sur les plateformes de crowdfunding immobilier. Permettant le financement participatif de nombreuses opérations de promotion immobilière, ces placements attirent toujours plus d’investisseurs particuliers. Rentabilité, durée, simplicité, quels sont les avantages de ce mode d’investissement particulier ? 

Le crowdfunding immobilier : définition

Le crowdfunding immobilier est une solution alternative qui s’est développée au cours des années 2010, avant d’être réglementée en 2014. Son principe ? Le financement participatif, accessible à tous et sans intermédiaire !

Une ressource pour les promoteurs

Le crowdfunding immobilier permet aux promoteurs, aménageurs fonciers ou marchands de bien d’alimenter leurs fonds propres. 

Parmi les différents acteurs concernés, ce sont les promoteurs qui tirent le plus d’avantages du crowdfunding immobilier. Au-delà du fait que la promotion immobilière est considérée comme l’activité la plus lucrative, la réalisation d’un programme nécessite des fonds importants que le promoteur peut rarement avancer seul. Avec le crowdfunding, les promoteurs ajoutent une nouvelle méthode de financement à leurs 3 sources traditionnelles : leurs fonds propres, le crédit bancaire et les Ventes en État Futur d’Achèvement. Les fonds propres représentant 15 à 20 % du coût total de l’opération, le crowdfunding permet aux promoteurs de ne peut devoir injecter tous leurs fonds dans une seule opération.

Un nouveau placement pour les investisseurs 

Du côté des particuliers investisseurs, le crowdfunding présente également son lot d’avantages. Face à une baisse des taux de l’ensemble des produits d’épargne, les investisseurs sont à la recherche de nouveaux placements à la fois sûrs et rentables. Or, c’est dans l’investissement immobilier qu’ils sont le plus susceptibles de les trouver ! Si l’investissement locatif a le vent en poupe, il nécessite cependant de posséder des fonds importants pour pouvoir prétendre à un crédit. C’est donc tout naturellement que des alternatives comme les SCPI ou le crowdfunding immobilier ont vu le jour ! Elles permettent en effet d’investir dans la pierre sans mobiliser de grandes sommes, avec des rendements annuels pouvant atteindre les 10 % dans le cas du crowdfunding.

Un investissement accessible à tous

Si le crowdfunging séduit toujours plus d’investisseurs, ce n’est pas seulement pour sa rentabilité. Ce mode d’investissement est également particulièrement accessible, ce qui permet une véritable démocratisation de l’investissement immobilier. Avec une souscription 100 % en ligne, le crowdfunding permet aux particuliers d’investir sans intermédiaire, en choisissant soi-même l’entreprise dans laquelle on souhaite placer son argent. On a alors la possibilité de participer à l’économie réelle de son pays ou de sa région, en choisissant de soutenir des projets proches de chez soi.

Au-delà de la désintermédiation du processus d’investissement, le crowdfunding se démarque par des tickets d’entrées accessibles, avec un investissement initial de 1000 € en moyenne. C’est donc un investissement accessible à de très nombreux particuliers, même ceux qui ne possèdent pas beaucoup d’épargne. 

Les avantages du crowdfunding immobilier

Un investissement sur le court terme

Lorsqu’on investit dans l’immobilier, on réalise généralement un investissement sur le long terme. Si l’investissement en SCPI permet de réduire l’échéance à 5 ans, l’investissement locatif, lui, implique des engagements plus longs. En optant pour un dispositif de défiscalisation à l’image de la Loi Pinel, l’engagement peut être de 6, 9 ou 12 ans !

En investissant via une plateforme de crowdfunding immobilier, on s’engage sur une durée d’investissement contractuelle comprise entre 12 et 24 mois. Cela signifie non seulement que les fonds investis sont immobilisés moins longtemps, mais aussi une rotation plus rapide ! Cela signifie que les fonds peuvent être récupérés ou réinvestis plus rapidement. 

Avec un rendement supérieur et une durée d’engagement inférieure à ceux d’un PEL, le crowdfunding permet de faire fructifier son argent rapidement. C’est là que le crowdfunding se démarque comme un bon moyen de se constituer un apport. N’oubliez pas que celui-ci doit représenter environ 10 % du prix du bien que vous achetez ! Afin d’avoir une idée plus précise de l’apport personnel dont vous devez disposer pour votre projet d’achat, aidez-vous d’un simulateur de prêt comme celui de Pretto. Cela vous aidera à évaluer votre capacité de financement dans sa globalité.

Des risques mineurs malgré un bon rendement

Qui dit rendement élevé dit souvent risques élevés. Avec des rendements annuels pouvant atteindre les 10 %, le crowdfunding peut sembler être un investissement risqué, avec un risque double aussi bien lié à l’activité de promotion immobilière en elle-même qu’aux différents promoteurs. Cependant, on constate depuis 2014 que le taux de défaut se maintient en dessous de 1 %, ce qui illustre finalement un risque assez peu élevé. Afin de rassurer les investisseurs, les plateformes de crowdfunding immobilier ont d’ailleurs mis en place des processus d’audit précis afin de mieux sélectionner les projets proposés aux investisseurs.

Une fiscalité intéressante

Un investissement rentable ne saurait l’être avec une fiscalité défavorable. Heureusement, ce n’est pas le cas ici ! Depuis la Loi de Finance appliquée depuis janvier 2018, les revenus mobiliers, dont font partie les intérêts perçus via le crowdfunding immobilier, sont soumis au Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU), plafonnés à 30 %. En plus, ces revenus mobiliers ne sont pas pris en compte dans le calcul du nouvel Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *